La publicité segmentée désormais permise sur les chaines de télévision françaises

Grégoire HADOT - PERICARD, 26/08/2020

Par un décret n° 2020-983 du 5 août 2020, le Gouvernement est venu mettre un terme à l’interdiction faite aux éditeurs de services de télévision de proposer aux téléspectateurs des messages publicitaires différents sur leurs zones respectives de diffusion. En effet, et alors que ce type de publicité existe déjà dans d’autres pays tels que les États-Unis, la Grande-Bretagne ou la Belgique, les messages publicitaires devaient jusqu’à présent être proposés simultanément à l’ensemble des téléspectateurs sans possibilité de les adapter.

Ce texte vient donc largement assouplir le régime de la publicité télévisée, tel qu’il résultait du décret n° 92-280 du 27 mars 1992 fixant les principes généraux et définissant les obligations des éditeurs de services en matière de publicité, de parrainage et de télé-achat.

Désormais, les chaînes de télévision ont la possibilité, comme sur Internet, de diffuser des publicités ciblées en fonction notamment de la zone géographique, de l’âge ou de la catégorie des téléspectateurs. Cette diffusion est toutefois limitée à 2 minutes par heure pour les chaînes nationales et à 4 minutes pour les chaînes régionales.

Les perspectives de recettes supplémentaires liées à cette publicité segmentée sont estimées entre 120 millions et 220 millions d’euros à l’horizon 2023(1) ce qui devrait permettre aux chaînes de télévision françaises de lutter contre les nouveaux acteurs du numérique.

Un rapport évaluant les impacts de la mise en œuvre de ces dispositions sur les radios, la presse écrite et les télévisions locales devrait être rendu public, dans un délai de vingt-quatre mois, par le Gouvernement.

La publicité segmentée pourra donc potentiellement gagner de nouveaux médias dans les prochaines années.

(1) https://www.snptv.org/wp-content/uploads/2019/05/Avenir-de-la-publicite-segmentee-en-France_Etude-Oliver-Wyman_2019.pdf

Plus d'articles

04/06/2020

Dénigrement sur TripAdvisor : le Tribunal de commerce de Paris se reconnait compétent

A la suite de commentaires jugés dénigrants sur le forum de discussion “Bour...

30/04/2020

Contrefaçon de marque et usage antérieur d’un signe de portée locale

Par un arrêt rendu le 17 décembre 2019, la Cour d’appel de Paris a confirmé...

07/04/2020

Amazon ne peut être recherchée pour contrefaçon au titre de son activité de « marketplace...

La Cour de justice de l’Union européenne était saisie, sur question préjudi...

06/03/2020

Les enjeux juridiques et économiques de l’intelligence artificielle dans les secteurs de la création culturelle

Le Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA) a publ...

19/02/2020

Gare au dépôt d’une marque sans intention de l’utiliser

Par un arrêt rendu le 29 janvier 2020, la Cour de justice de l’Union europée...

16/10/2019

La marque, un bien comme les autres

Il est assez rare que la Cour européenne des droits de l’Homme statue en mati...

Voir plus
x

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation et adapter le contenu en mesurant le nombre de visites et de pages vues. En savoir plus

Accepter Refuser