Contentieux de l’urbanisme : la limitation du droit de recours des associations déclarée conforme à la Constitution

Inès DE CIRUGEDA, 05/04/2022

Le Conseil constitutionnel avait été saisi, le 31 janvier dernier, par le Conseil d’Etat d’une Question Prioritaire de Constitutionnalité (QPC) soulevée par La Sphinx, association d’élèves et anciens élèves de Polytechnique, qui soutenait que les dispositions de l’article L. 600-1-1 du Code de l’urbanisme, dans sa rédaction résultant de la loi ELAN, portaient atteinte au droit au recours, garanti par l’article 16 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen (DDHC).

En effet, depuis l’entrée en vigueur de ce texte, le 1er janvier 2019, une association n’est recevable à agir contre une décision relative à l’occupation ou l’utilisation des sols que si ses statuts ont été déposés en préfecture au moins un an avant l’affichage en mairie de la demande d’autorisation d’urbanisme.

Par une décision en date du 1er avril 2022, le Conseil constitutionnel a estimé que le législateur, en instaurant une antériorité d’un an pour apprécier la capacité à agir d’une association, a « entendu limiter ls risques particuliers d’incertitude juridique qui pèsent sur ces décisions d’urbanisme et prévenir ls recours abusifs et dilatoires ».

Il a rappelé que cette restriction du droit au recours ne concerne que les associations dont les statuts ont été déposés moins d’un an avant l’affichage de la demande du pétitionnaire et qu’elle est limitée aux décisions individuelles relatives à l’occupation ou à l’utilisation des sols.

Ainsi, pour reprendre les observations faites par Monsieur Pavageau, représentant du Secrétaire général du Gouvernement, à l’audience publique du 22 mars 2022, l’article contesté « ne fixe donc pas une règle faisant obstacle, en toute circonstance, aux recours contentieux contre les autorisations d’urbanisme ». De sorte que la vie d’une association, « qui ne saurait se réduire à l’engagement d’actions contentieuses en matière d’urbanisme », n’est pas substantiellement affectée par cette restriction à son droit au recours.

Le Conseil constitutionnel a finalement considéré que l’atteinte portée par l’article L. 600-1-1 du Code de l’urbanisme au droit à un recours juridictionnel effectif par les dispositions contestées par l’association requérante n’est pas disproportionnée au regard de l’objectif poursuivi. Les dispositions de cet article, modifiées par la loi ELAN, ont donc été déclarées conformes à la Constitution.

Décision n° 2022-986 QPC du 1er avril 2022

Plus d'articles

08/02/2022

La lutte contre les recours abusifs : la mesure phare concernant les associations soumise à...

Depuis le rapport du Conseil d’Etat « L’urbanisme : pour un droit plus effi...

08/04/2021

Quand les espèces protégées menacent les projets immobiliers : l’exemple des JO 2024

L’ordonnance rendue par la Cour administrative d’appel de Paris, le 6 avril ...

02/10/2020

Le champ d’application de l’évaluation environnementale modifié pour prendre en compte l’artificialisation des sols

Le décret n° 2020-1169 du 24 septembre 2020, publié au Journal Officiel du 26...

27/03/2020

Suspension de l’examen des projets commerciaux par les préfets : la troisième QPC posée par...

A l’occasion de ses recours formés contre les décrets d’application de la ...

12/03/2020

Le critère de préservation et de revitalisation du centre-ville introduit par la loi ELAN déclaré...

Le Conseil constitutionnel avait été saisi, le 13 décembre 2019, par le Conse...

Voir plus
x

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation et adapter le contenu en mesurant le nombre de visites et de pages vues. En savoir plus

Accepter Refuser